19 Rue des Jambes, 1420 Braine-l’Alleud     Belgium – Europe     +32 (0) 2 385 44 13       info@iday.org

by

by

Artemisia

for AFRICA

Le projet Artemisia

La plante

L’Artemisia annua est une plante utilisée depuis 2000 ans par les chinois pour guérir la malaria.  En plus de son effet préventif et curatif, elle agit également comme répulsif contre les moustiques.

Elle se prend sous forme d’infusion

ou sous forme de poudre.

A-t-elle besoin de beaucoup d’eau ?

Elle a besoin d’eau de manière régulière.  L’irrigation fait donc partie du budget des projets que nous soutenons.

 

Quelle est la superficie nécessaire ?

1 hectare d’Artemisia annua peut protéger jusqu’à 125.000 personnes.

A-t-elle d’autres vertus ?

Oui, elle est aussi très efficace dans le traitement des parasites intestinaux, 3è maladie la plus fréquente en Afrique et responsable d’absentéisme scolaire.  Des études montrent que la vermifugation des élèves a un impact sur les résultats scolaires.  Des études scientifiques suggèrent que la plante est efficace contre plusieurs maladies infectieuses tropicales dont la tuberculose, la leichmaniose et la schistosomiase,…

Est-elle difficile à faire pousser ?

Il n’est pas rare que la culture échoue la 1ère année : la plante n’a pas reçu suffisamment d’eau, les personnes n'ont pas cueilli les feuilles à temps avant la floraison pour en faire la tisane.  Mais notre expérience sur le terrain nous montre que l’expertise s’acquiert vite.  IDAY met en place des Clubs de jeunes : les jeunes qui se sont investis dans la culture de l’Artemisia annua dans leur école, gardent 10% des semences pour les amener à d’autres écoles. En plus des semences, ils apportent leurs connaissances nécessaires à la culture. Des agronomes appuient aussi les jeunes dans les projets existants.

Méthode de culture:

Jardins scolaires

Les résultats des projets de Jardins Scolaires en place depuis 2010 montrent une diminution de l’absentéisme des enfants et des professeurs, une amélioration des résultats scolaires, une diminution des frais de santé (budget qui est libéré pour d’autres activités).

 

Pour lutter contre le taux élevé de malaria, provoquant du retard dans l’apprentissage et à long terme, un taux de décrochage scolaire élevé, IDAY soutient la mise en place de Jardins Scolaires combinant la culture d’Artemisia annua ainsi que des plantes (fruits & légumes) à haute valeur nutritive permettant d’améliorer la quantité et la qualité des repas scolaires.

La plante étant délicate à cultiver au début, un programme d’échange d’étudiants provenant de projets IDAY où la plante a été établie de façon durable, sera mis en œuvre pour fournir une assistance technique aux jeunes s’engageant à créer un jardin scolaire dans leur école.

Le projet comprend également des cantines scolaires. Un autre aspect innovant du projet est d’équiper les cantines de fours fermés pour réduire la consommation de bois et les émissions de CO2.  IDAY-International a financé ce type de fours au Kenya et les rapports indiquent une diminution de 50% du bois consommé (impact au niveau écologique mais aussi au niveau de la charge de travail des femmes qui s’occupent de la cantine) ainsi qu’une diminution de moitié du temps de cuisson (ce qui augmente la capacité de production de la cantine).

 

En outre, il est connu que la distribution de repas à l’école augmente la fréquentation des élèves et influence donc positivement le niveau d’éducation.

A ce jour, IDAY a aidé à initier 99 jardins scolaires dans 10 pays d'Afrique.  52.000 enfants bénéficient déjà de ce programme.

Un exemple de jardin scolaire en Tanzanie:

La recherche 

L’Artemisia annua est la plante dont est extraite l’artemisinine qui est associée à un autre produit (comme la Mefloquine) pour produire le médicament officiel (ACT) promu par l’Organisation Mondiale de la Santé et distribué partout dans le monde.  MAIS !  les premières résistances ont été observées à ce dernier médicament, ce qui veut dire qu’il devient de moins en moins efficace contre la malaria.

Les études montrent que l’Artemisia annua doit être utilisée dans son entièreté.  C’est en effet la combinaison de ses 20 composants qui la rend efficace contre la malaria et qui fait qu’il n’y a pas de résistances observées : il y a trop de composants différents pour que le corps développe des résistances. Donc, la plante comme répulsif contre les moustiques et comme tisane ou poudre à titre préventif et curatif, est une solution qu’IDAY-International amène sur la table de l’OMS, qui pour l’instant, attend les résultats de la recherche scientifique pour lever ses réserves.

Des études ont commencé sur le sujet depuis plusieurs années (un document reprenant les références scientifiques peut être envoyé sur demande).  Elles mettent en évidence qu’il n’y a pas d’effets secondaires, qu’il n’y a pas de résistance, qu’elle est adéquate pour les femmes enceintes et les jeunes enfants, que c’est toute la plante qu’il faut consommer car les différents composants jouent un rôle complémentaire. Les études montrent aussi que la plante s’adapte aux différentes conditions géo-climatiques. Malgré toutes ces recherches, l’OMS a besoin d’une étude scientifique internationale de grande envergure pour lever ses réserves. 

La recherche scientifique internationale permettra de prouver l’évidence observée sur le terrain afin que l’Organisation Mondiale de la Santé lève ses réserves. IDAY + Kenyatta University ont signé un Memorandum of Understanding pour mener cette recherche conformément aux exigences de l’OMS.